Tag Archives: Pharaons

La société égyptienne à l’époque des pharaons

Posté par Christian Querou

Le pharaon a toujours été représenté comme un dieu vivant. Avec sa couronne,
sa barbe postiche ainsi que son sceptre, tous les apparats des dieux
de l’Egypte ancienne. Les textes anciens le désignent comme étant le «fils
de Râ» et en font l’héritier du trône du dieu Horus, qui selon la légende
fut le premier roi d’Égypte.

Le pharaon, un souverain comme les autres

Si l’on devait s’en tenir uniquement aux rites religieux, aux immenses  statues
ainsi qu’aux textes rédigés dans le but de la propagande du roi, l’on peut
être tenté de penser que le peuple d’Egypte pensait vraiment que le pharaon
.était un dieu vivant sur terre. Pourtant, les contes et les récits historiques
permettent de démentir cette façon de voir les choses. En effet, aux yeux de son
peuple, le pharaon est un homme qui est jugé selon les actes qu’il pose. Il peut
se tromper comme tout le monde et, même s’il est béni des dieux, il n’est pas
toujours entendu par ces derniers. Pour gérer le royaume, il délègue au vizir
certaines de ses fonctions, mais c’est lui qui prend toutes les plus importantes
décisions pour le royaume dans tous les domaines : justice, défense, maintien de
l’ordre, politique intérieure comme extérieure. Par ailleurs, de temps en temps,
le peuple égyptien peut critiquer les mesures prises par le pharaon. Si l’idéologie
officielle confère au pharaon une origine divine et un pouvoir surnaturel, l’imaginaire
populaire le traite tel un puissant souverain.

La place des femmes dans l’Egypte Ancienne

Contrairement à de nombreuses autres sociétés d’avant et d’aujourd’hui qui se
disent plus évoluées, la place des femmes dans l’Egypte ancienne est un véritable
exemple de modernité. Faute d’être la stricte égale de l’homme, on lui reconnaissant
dans le temps son indispensable complémentarité, ainsi que le respect et les droits
associés à ce statut. La femme est ainsi une source d’inspiration intarissable pour les
poètes et romanciers de l’époque. C’est d’ailleurs l’influence de la femme qui justifie
dans l’Egypte Ancienne, le besoin permanent de l’équilibre même dans les récits génésiaques
de la création de l’humanité, dans lesquels toute chose a en lui son contraire qui lui est
indispensable, référence assez claire au principe masculin et féminin.

EGYPTE ANCIENNE:Un CLERGÉ TENU, des RÈGLES SIDÉRANTES et la circoncision ?

Posté par Christian Querou

Il est toujours facile de lire entre les lignes quand cela ne saute pas aux yeux,
comment les textes furent saccagés ou falsifiés et à quel moment Anu a eu la main
mise sur l’Egypte ancienne.

Dans un livre sur « la vie quotidienne au temps des pharaons », je lis ceci :
(les caractères en jaune sont de mon fait)

« La prise de fonction au temple est précédée d’une période de chasteté rituelle
et de purification. Une fois l’enceinte du sanctuaire franchie, il est interdit
au prêtre de porter des vêtements de laine. IL doit être circoncis et se raser
entièrement le corps et la tête -il ne se laisse pousser les cheveux qu’en signe
de deuil. Il se lave deux fois par jour et une fois au cours de la nuit, dans une
eau froide qui, en gage de pureté, a été auparavant bue par un ibis.

Pour lire l’article original, cliquez ici

L’art en Egypte ancienne après les derniers Ramsès

Posté par Christian Querou

Les fans d’égyptologie ont jusqu’au 23 juillet pour admirer une large collection de
trésors datant du dernier millénaire de l’ère pharaonique, dans une exposition
intitulée « Le Crépuscule des Pharaons » au musée Jacquemart André.

C’est la première fois qu’une exposition est dédiée à cette période trouble de
l’Egypte ancienne. Durant cette époque, le pays, en raison de son importante
instabilité, connut invasions et crises politiques qui l’ouvrirent sur le monde,
influençant et enrichissant sa vie artistique.

A l’exception du musée du Caire, les plus grands musées internationaux, du
British Museum de Londres au Metropolitan Museum de New York, ont prêté des
pièces inestimables afin de mettre en lumière cette période tourmentée mais
riche. Plus de 140 pièces, sarcophages, sculptures, objets de culte, bijoux et
bas-reliefs sont organisées suivant un parcours thématique.

Pour lire l’article original, cliquez ici